Le mythe du «fédéralisme» et des «fédéralistes»

Le mythe du «fédéralisme» et des «fédéralistes»

Par  – Publié le 11 septembre 2013

http://www.politicoglobe.com/2013/09/le-mythe-du-federalisme-et-des-federalistes

Tiens, parlons mythes.

Parlons de ces idées reçues, de ces quelques expressions creuses et poussiéreuses qui traînent dans le discours sur la question nationale québécoise, entravant parfois la circulation d’idées plus neuves, plus à jour.

Leçon numéro 1: les «fédéralistes» et le «fédéralisme». L’usage régulier de cette terminologie pompeuse fut instauré, de toute évidence, pour donner un peu de lustre à une situation politique et à une posture intellectuelle qui en manquent cruellement. Avec la montée en importance des indépendantistes, quelqu’un, quelque part, dût s’efforcer de trouver une dénomination honorable pour leurs adversaires, c’est-à-dire pour ceux qui n’étaient tout simplement pas indépendantistes. Il fallait du positif, il fallait arriver à faire comme si la non-indépendance était une option inspirante, comme si le statu quo était une trouvaille formidable.

Car entre nous, dans les faits, est-ce que le «fédéralisme» est l’expression la plus appropriée pour décrire la relation Québec-Canada? Bien sûr que non. Nous sommes ici en face d’une nation politiquement dominée par une autre nation. Le «fédéralisme» n’est qu’un instrument de cette domination. Même dans les réformes les plus sauvagement ambitieuses imaginées par les défenseurs de ce mauvais arrangement politique – qui ont toutes foiré lamentablement avant qu’on n’en ait atteint le quart de la moitié du centième, le Québec n’eut encore et toujours été qu’une province, et le Canada, un pays.

Mais les tenants du renoncement à l’indépendance ont quand même su s’accoler une étiquette qui leur a bien commodément évité d’en porter une plus exacte. Dépendantistes? Provincialistes? Annexionnistes? Soumissionnistes? Pas très vendeur, pour dire le moins. Alors ils sont devenus «fédéralistes».

Soyons sérieux: qui connaît un vrai fédéraliste? Qui connaît quelqu’un qui s’extasie sur les vertus d’un système fédéral, qui en parle de façon documentée et convaincante, et pour qui ces vertus supplantent celles de l’indépendance nationale? Va pour Benoît Pelletier, et pour une poignée de constitutionnalistes, d’intellectuels de l’Université d’Ottawa ou de je ne sais où, et d’éditorialistes de chez Gesca qui essaient mollement de s’inspirer de Claude Ryan, sur fond de déficit de crédibilité majeur, de faillite intellectuelle et de politique complète.

Mais dans l’immense majorité de la population québécoise, il n’y a pas de fédéralistes. Il y a des gens qui pensent que l’indépendance serait une bonne chose, et d’autres qui pensent le contraire. Il y a des gens qui ont peur, d’autres qui sont indécis, et d’autres encore que la question n’intéresse pas. Et si la majorité s’identifie désormais au Québec d’abord, certains tiennent tout de même à conserver l’identité canadienne. Dans tous les cas, le «fédéralisme» en soi ne fait pas partie du raisonnement, et encore moins des émotions. Les arguments des adversaires de l’indépendance sont encore, dans la vaste majorité des cas, les arguments de la crainte, de l’incapacité, ou de l’illégitimité – le Québec est trop petit, trop pauvre, trop cancre, trop à gauche, trop à droite, intolérant, indigne, pas assez ceci ou pas assez cela. Le fédéralisme n’a rien à voir là-dedans.

Tout ceci n’est pas qu’une affaire de sémantique. Les indépendantistes n’ont pas à prêter leur concours plus longtemps au maintien de ce discours frelaté par lequel ils sont trop souvent les dindons de la farce. Pour un débat plus fertile et plus productif, parlons clair, parlons franc, parlons vrai: le choix que nous avons, c’est l’indépendance, ou bien la poursuite de notre ratatinement dans un cadre imposé qui ne correspond pas à ce que nous sommes. Que ceux qui défendent le statu quo s’assument, et qu’on cesse de cacher ce qu’ils prônent derrière un vocable anoblissant.

~~+~~

« Novlangue : langue officielle d’Océania  inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949). C’est une simplification lexicale et syntaxique de la langue destinée à rendre impossible l’expression des idées potentiellement subversives et à éviter toute formulation de critique de l’État, l’objectif ultime étant d’aller jusqu’à empêcher l’« idée même de cette critique. »

Voilà ! Orwell n’a rien inventé, il a seulement observé le canada-des-anglos.

Maintenir sous domination les populations non-anglos requiert de la propagande, la réécriture de l’histoire et du novlangue. Soumissioniste et dépendantiste sont des mots justes. Mais, vu du côté des anglos, ce qu’on appelle « fédéralisme » est en fait ceci :

Impérialisme
Étymologie : du latin imperare, commander.
L’impérialisme est la politique d’un pays qui cherche à conserver ou à étendre sa domination sur d’autres peuples ou d’autres territoires. .. 

Ça fait trois cent ans que les anglos au Canada imposent leur domination sur tous ceux qui étaient ici avant eux : Acadiens, Autochtones, Métis et nous, vrais Canadiens. Alors, le novlangue keunédieune c’est appeler l’impérialisme « fédéralisme » et c’est aussi appeler la création de l’état unitaire du canada-des-anglos « confédération », appeler les camps de concentration où sont entassés les autochtones depuis deux siècles « réserves », appeler les envahisseurs occupants anglos du Canada « Canadiens » et appeler les habitants fondateurs du Canada « Québécois ».

Voilà comment on génère et entretient la confusion afin de perpétuer la domination sur ls autres et d’en empêcher l’idée même de la critique. D’habitants fondateurs de ce pays envahi et occupé par des étrangers, nous sommes devenus de méchants séparatistes qui « veulent détruire le Canada ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s