La nationalité canadienne

La nationalité canadienne

Archives de SYNERGIES EUROPÉENNES – 1987

La nationalité canadienne

par Mario Gagné

L’histoire est faite d’événements passés dont les effets continuent de manifester aujourd’hui leur présence. Ceux-ci, parce qu’ils sont chargés de sens, parlent à la psychè collective. De la même façon que les territoires, l’âme des peuples est aussi le champ du politique (1). La conscience de cette réalité nous permet d’abord de comprendre une situation historique et, peut-être, de modifier par la suite le cours des événements.

Parce que nos sociétés sont encarcannées dans cet Occident qui a pour centre les Etats-Unis d’Amérique, il est nécessaire de comprendre les représentations qui nous révèlent l’Amérique. Toutefois, gardons-nous bien de confondre cette dernière avec les Etats-Unis. En effet, il existe des américanités plus anciennes et plus authentiques que celle-ci: entre autres, la nationalité canadienne.

Les récits de fondation

Dans la tradition politique et culturelle européenne, les nationalités apparaissent à la suite d’une alliance conclue entre deux ou plusieurs ethnies. Afin d’expliquer le sens de cet événement fondateur, les générations subséquentes mettront très souvent au point une interprétation fabuleuse et légendaire.

Ainsi la France est née à la suite du Baptême de Clovis. Le rite conféré par Saint Rémi dans cette Rome liturgique qu’est Reims a non seulement permis l’union politique des Gallo-Romains et des Francs mais il a aussi été perçu comme le moment où l’imperium romain et la culture gréco-latine, principes spirituels dont l’Eglise s’était instituée le fiduciaire à l’époque de la migration des peuples (2), ont été remis en héritage à la France.

Le mythe fondateur de la Suisse célèbre à la fois le serment de Rütli prononcé par les représentants des Trois Cantons et l’établissement de la société helvétique sur le modèle des ordres indo-européens (3). Celui de l’Angleterre doit être recherché dans le couronnement de Guillaume le Conquérant à Westminster à la suite de la bataille de Hastings; il rappelle à la fois l’alliance (plus ou moins volontaire) des Normands et des Saxons et l’avènement définitif de la romanité dans l’île britannique. On pourrait multiplier ainsi de semblables exemples.

Le Canada comme américanité

Transportons-nous le 19 juillet 1603 à Tadoussac, lieu où se jette le fleuve Saguené dans l’estuaire maritime du Canada. A cet endroit, les représentants des tribus etchemine, montagnaise et algonquine se sont réunis afin de souhaiter la bienvenue à Champlain et aux colons français qui vont s’établir à sa suite dans le pays (4).

Grâce à l’habile politique de Champlain, les Français furent les seuls Européens, parmi ceux qui sont venus en Amérique, à ne pas avoir acheté ou acquis par la force les territoires sur lesquels ils se sont installés; seuls, ils furent expressément conviés par les autochtones. A l’occasion du Paoua de Tadoussac, Champlain dit à peu près ceci aux chefs des tribus indiennes: « Nos fils épouseront vos filles et ils deviendront une seule nation ». Ceux-ci lui répondirent: « Les enfants de vos fils apprendront de leur mère à devenir des hommes valeureux (5) ».

Le métissage est l’événement fondateur du Canada, pays dont les racines plongent à la fois dans le passé européen et dans le passé immémorial de l’Amérique autochtone. Une telle hybridation ne fut pas seulement somatique mais aussi et surtout culturelle.

En adoptant maints aspects du mode de vie indien, les colons français ont d’abord pu survivre malgré les rigueurs du climat canadien. En voyageant tantôt dans des canots d’écorce, tantôt sur des chevaux indiens appelés « cayouche », les descendants de ces mêmes colons ont pu explorer la Nord-Amérique à partir de la vallée du Saint-Laurent jusqu’aux Montagnes Rocheuses et même au-delà, de l’Océan Arctique jusqu’au Golfe du Mexique. Ayant fait l’apprentissage des langues indiennes, les Canadiens ont pu rallier à la France un immense continent. En assimilant les techniques de guerre indiennes, les Canadiens ont encore forcé les Anglo-Saxons à demeurer sur le rivage de l’Océan Atlantique.

La nationalité canadienne, création européenne en terre d’Amérique, possède donc un caractère véritablement autochtonien (6). Le Canada se présente ainsi, avec le Mexique, la Caraïbe et le Brésil, comme une authentique construction américaine. A cet égard, il est intéressant de constater que le mythe de la fondation du Mexique prend aussi la forme d’une métaphore conjugale, c’est-à-dire celle de l’union de Guadeloupe et de Quetzalcoatl (7).

L’acculturation étatsunienne

Tout autre est le mythe de fondation des Etats-Unis d’Amérique. Revivifié aujourd’hui par le pasteur Falwell, allié politique du président Reagan, un tel mythe raconte la venue en Nord-Amérique des Pères pélerins à bord du Fleur-de-mai (Mayflower). Chassés d’Europe parce qu’ils poursuivaient le rêve du paradis puritain, les Pères pélerins continuèrent d’y être fidèles dans le Nouveau Monde, notamment en choisissant de demeurer à l’écart de l’Amérique autochtone. De cette attitude découleront les guerres d’extermination, qu’eux et leurs héritiers vont entreprendre contre les Indiens, et la création de réserves pour y enfermer les survivants.

Les Etats-Unis d’Amérique ne sont donc pas nés d’une alliance entre deux peuples mais bien plutôt d’un double refus: à la fois celui de l’Europe originelle et celui de l’Amérique primordiale. Ce pays qui ne voulait pas avoir de racines, ni en Amérique, ni en Europe, ne forma donc jamais un véritable peuple. Conformément aux fantasmes des Pères pélerins, cette entité étrangère à la fois à la terre d’origine et à la terre d’accueil, s’efforcera de ne devenir rien d’autre qu’«une bonne et solide prospérité étalée au grand jour» (8).

Afin de se donner un semblant de légitimité politique et historique, les E.U.A. se sont désespérément mis en quête d’une identité nationale. D’abord, comme leur nom l’indique, ils se sont octroyés le monopole de l’américanité; ensuite, ils ont usurpé l’identité des peuples véritables, en particulier celle des Canadiens.

Derrière la silhouette des personnages de Fennimore Cooper, que l’auteur a créés afin de donner aux Yanquis une familiarité qu’ils n’ont jamais eu avec la terre d’Amérique, se profile l’image à peine transposée du coureur-de-bois canadien. Sans la geste du cavalier métis, dont Hollywood s’est abondamment inspiré pour fabriquer en série ses héros de plateau de tournage, la figure du gardien de vaches, symbole de l’Amérique yanquie, apparaîtrait clairement pour ce qu’elle est, c’est-à-dire bien misérable.

Tout aussi significatif est le travestissement effectué par cette autre formation politique, voisine des E.U.A., qu’est l’Amérique du Nord Britannique. Comme en témoigne sa toponymie où se rencontrent des Kingston, des Windsor, des London, etc., l’A.N.B. fut créée sur le modèle de la Grande-Bretagne. Désirant n’avoir de racines qu’en Europe, l’A.N.B. choisit, comme les E.U.A., de demeurer étrangère à l’Amérique autochtone.

Comme les E.U.A., l’A.N.B. se retrouva bientôt devant le même vide identitaire. Comme les E.U.A., l’A.N.B. essayera de le combler en usurpant l’identité des Canadiens. Mais cette fois-ci, ce sera de manière plus profonde: alors que l’A.N.B. refuse précisément au Canada le droit à l’existence, elle s’attribuera le nom du Canada et voudra se faire reconnaître pour tel à la face du monde. Une telle opération, il va sans dire, aura aussi pour but de minoriser les Canadiens dans leur identité et de vider de toute substance leur nationalité.

Le refus français de l’Amérique

Alors que les Canadiens avaient, au-delà de l’Océan Atlantique, ouvert à la France un espace illimité et plein de possibilités pour son expansion territoriale et démographique, celle-ci ne comprit jamais l’importance de ses possessions nord-américaines. Au contraire, elle s’entêta dans sa traditionnelle politique d’expansion vers l’Est. Vu l’exigüité et le peuplement déjà dense du territoire européen, une telle politique allait non seulement faire perdre à la France son rôle de grande puissance de l’avenir mais aussi entraîner jusqu’à nos jours l’Europe dans de nombreux conflits, causes premières de son actuel déclin (9).

La France s’est volontairement départie de ses territoires nord-américains, d’abord en empêchant les Canadiens d’utiliser les techniques de guerre adaptées au Nouveau Monde -ce qui allait conduire à la chute de Québec en 1759- et, ensuite, en vendant la Louisiane aux Etats-Unis d’Amérique. Construite sur le refus de l’aventure américaine, la France moderne chassera de sa mémoire historique le Canada en intériorisant systématiquement le point de vue yanqui sur l’Amérique (10). Pour pouvoir agir autrement, il aurait fallu reconnaître explicitement l’erreur de jugement historique qui lui a valu la perte de son imperium.

Les Etats-Unis étant surtout pour la France l' »Amérique », il est significatif de constater que sa littérature romanesque ira jusqu’à affubler, pour faire plus « américain » des noms anglais aux Indiens -lesquels ont très souvent des ascendants français- et à les faire évoluer dans une toponymie non moins anglo-saxonne. Tout aussi significativement, elle mesurera désormais à l’aune yanquie les différentes manifestations de la « modernité » et de la « démocratie ». Dans cette perspective, constater que le refus français de l’Amérique a entraîné l’asservissement aux Etats-Unis est le moindre des paradoxes.

Seule l’attitude du Général de Gaulle, qui a permis à la France de redécouvrir l’Amérique, représente une exception (11). Ce n’est pas par hasard si l’homme d’Etat qui fut à l’origine du rapprochement franco-allemand, c’est-à-dire de la mise en cause de la traditionnelle politique étrangère française, fut aussi celui qui appuya le mouvement indépendantiste du Canada français. Cet appui, rappelons-le ici, avait pour but d’annuler dans une certaine mesure les effets du désastreux traité de Paris (1763).

Le nationalisme de l’Eglise canadienne

Après la cession du Canada à la Grande-Bretagne, différents mouvements de résistance à la présence anglaise surgirent. Le plus important de ceux-ci fut l’Insurrection des Patriotes qui eut lieu en 1837 et en 1838. Influencés par les meilleures idées de la Révolution française (12), les Patriotes élaborèrent une légitimité en vertu de laquelle l’autochtonité du peuple canadien fondait son droit à la liberté et à la souveraineté politiques. Ils l’utilisèrent afin de l’opposer au droit de domination que le pouvoir britannique s’était arrogé.

La défaite de l’Insurrection fut le moment qui permit à l’Eglise de s’accaparer, avec la complicité de l’occupant, le pouvoir culturel; notamment, sa présence se fit sentir dans le domaine de l’enseignement public et dans celui de la formation des élites professionnelles et politique. En gros, cette mainmise allait durer de 1840 à 1960.

Pendant toute cette période, l’Eglise s’acquitta fidèlement de son pacte de collaboration. Afin d’empêcher à l’avance d’autres tentatives d’émancipation politique, elle mit au point un nationalisme qui, tout en faisant appel au sentiment national des Canadiens, allait aussi et surtout le neutraliser. Centré autour de la Province of Quebec, nom que le conquérant avait donné au Canada dès la Proclamation royale de 1763, ce nationalisme s’opposa résolument au caractère autochtonien de la nationalité canadienne.

Au moins deux raisons amenèrent l’Eglise à collaborer avec l’occupant. D’abord, elle se faisait du pouvoir politique une conception théocratique et déracinée. Puisque le Canada avait été cédé à la Grande-Bretagne en vertu d’un accord passé entre deux monarques, qui étaient l’un et l’autre les représentants de Dieu sur terre, on devait alors au roi d’Angleterre la même obéissance que l’on avait accordé au roi de France. Ensuite, la nationalité canadienne, qui avait émergé à la suite d’un contact prolongé avec la Grande Sauvagerie, représentait pour les Français qui venaient s’établir en Nord-Amérique et leurs descendants une façon de couper les ponts avec la Rome catholique. A l’exemple de Marie de l’Incarnation, le clergé se plaignait amèrement: « Un Français devient plutôt sauvage qu’un Sauvage ne devient Français. »

L’Eglise favorisa donc la construction d’une histoire et d’une sociologie fictives dont les principaux axes furent la francité et la catholicité. On s’en doute bien, l’intériorisation du point de vue français ne pouvait manquer d’être aliénante. C’est ainsi que progressivement l’élite politique et culturelle canadienne évacua, comme le fit la France, le Canada de sa mémoire historique.

La fausse nationalité québécoise

Au début des années 1960, apparut un nationalisme qui, tout en se voulant nouveau, alla porter cent vingt années d’influence cléricale à son ultime conséquence. Bien loin de s’inspirer de l’Insurrection des Patriotes ou de la Relève des Métis (1869 et 1885), qui furent des moments d’affirmation de la nationalité canadienne, les néo-nationalistes fabriquèrent de toute pièce une nationalité québécoise qui serait exclusive de la nationalité canadienne et qui, de ce fait, entérinerait l’usurpation faite par l’A.N.B. Bien qu’ils proclamaient bien haut la nécessité de l’indépendance politique, les néo-nationalistes la niaient dans les faits puisqu’ils interdisaient le recours à la nationalité canadienne qui parle à la psychè collective et qui seule peut fonder un tel droit.

Sans le savoir, les néo-nationalistes, qui étaient souvent des anticléricaux virulents, reprirent l’essentiel de l’ancien nationalisme clérical. Les modifications apportées à celui-ci furent mineures. Ainsi, le terme « Québec » se substitua à celui de « Province » et le « corporatisme social » des années 1930 devient la « sociale démocratie » des années 1970 (13). Si l’Eglise disparut du domaine de l’éducation et des affaires sociales ce fut au profit d’une instance toute aussi maternante: l’Etat technocratique pourvoyeur de services. Pour le reste, les néo-nationalistes continuèrent d’agiter le drapeau à fleurs de lys blanches du clergé, véritable symbole d’abdication nationale.

Si la fausse nationalité québécoise a pu exercer un attrait durant un certain moment, c’est justement parce qu’elle promettait de faire accéder un peuple à la souveraineté politique sans avoir à soutenir de combat contre un adversaire identifiable. Après s’être donné une nouvelle identité qui l’exorciserait de tout un passé jugé colonial, il lui suffirait, aux dires du Parti québécois, de pratiquer la « démocratie » et de devenir « moderne » à la manière dont les Anglo-Saxons l’entendent. A leurs yeux, il lui aurait été enfin possible de mériter l’indépendance.

Une telle vue de l’esprit soutend une démarche semblable à celle que doit suivre le catéchumène chrétien: on se purifie d’un passé jugé inacceptable en abandonnant le nom de sa lignée et en pratiquant certaines vertus dans le but de se mériter le salut éternel devant Dieu.

Les néo-nationalistes ont donc conduit le mouvement indépendantiste du peuple canadien dans l’impasse. Ils n’ont pas voulu comprendre qu’un mouvement de libération nationale est d’abord et avant tout une révolution. Révolution, parce qu’à l’exemple de la conduite d’actions inscrites dans l’histoire, elle exige du courage, au moins celui qui permet de mettre en cause les schémas intellectuels étriqués.

Révolution aussi, parce qu’une action inscrite dans l’histoire est toujours -comme l’indique l’étymologie du terme, revolvere- un retour aux origines. Or, un peuple ne se maintient dans le monde que parce qu’il actualise constamment son mythe de fondation et sa tradition de lutte nationale.

Mario GAGNE.

NOTES

(1) C’est l’opinion du géopoliticien Jordis von Lohausen telle que rapportée dans le « Dossier géopolitique » de la revue Orientations, octobre 1980, p. 4.
(2) Voir à ce sujet Louis Rougier dans La France en marbre blanc, Bourquin, éd., Genève, 1947, p. 73.
(3) Voir Pierre Maugué dans « Les origines de la Suisse et la Tradition celtique », Etudes et recherches, n°3, automne 1984, p. 3.
(4) Voir Jean-Marc Soyez, Quand l’Amérique s’appelait Nouvelle-France, Fayard, Paris, 1981, p.84.
(5) Voir le texte en exergue du livre de Hugh Broody, The People’s Land Eskimos and Whites in the Eastern Arctic, Penguin Books Ltd., Harmondsworth, 1975.
(6) Voir Alain de Benoist, Démocratie, le problème, éd. Le Labyrinthe, Paris, 1985; en particulier les pp. 13, 14 et 15.
(7) Voir Jacques Lafaye, Quetzalcoatl et Guadeloupe, la formation de la conscience nationale au Mexique, 1531-1813, Gallimard, 1974.
(8) L’expression est de Hawthorne et elle a été citée par Jean Morisset dans son livre L’Identité usurpée, tome I, éd. Nouvelle Optique, 1985, p. 58. Jean Morisset, dont les analyses sont une source d’inspiration féconde, est, avec Raoul Roy, l’un des rares intellectuels canadiens à défendre la nationalité canadienne contre la méprise que constitue la fausse identité québécoise.
(9) voir Jordis von Lohausen, op. cit., p. 15.
(10) L’Atlas mondial de la découverte préparé par Gérard Chaliand et Jean-Pierre Rageau (Fayard, Paris, 1984) est caractéristique de l’attitude déconcertante des Français envers le Canada. Alors qu’ils décrivent avec soin les explorations effectuées par les Espagnols, les Portugais et les Anglais en Amérique, aucune allusion n’est faite quant aux pérégrinations des explorateurs français et canadiens dans le nouveau monde. Même les voyages de Jacques Cartier sont ignorés. Ces deux géopoliticiens, qui ne peuvent avoir pour eux l’excuse de l’ignorance, se sont donc conformés aux vœux des Anglo-Saxons qui ont toujours combattu la présence de la France en Nord-Amérique.
(11) Le très beau livre de Jean-Marc Soyez (op. cit.), qui se lit comme un roman, est l’un des rares ouvrages français qui présente l’Amérique à la France et à l’Europe; il y a tout lieu de croire qu’il n’a pu être écrit que dans le contexte de la présidence du Général de Gaulle.
(12) Les dirigeants du mouvement des Patriotes étaient fascinés par les tentatives de « retour à l’antiquité » effectuées par la Révolution française. Un Ludger Duvernay, fondateur et directeur du journal La Minerve, puisait ses modèles politiques dans la démocratie athénienne ou dans la République romaine.
(13) Sur les liens de parenté existant entre les deux nationalismes, voir Clinton Archibald, Un Québec corporatiste?, éd. Asticou, Hull, 1983.

~~~~~~~~~~+~~~~~~~~~~

Page précédentePage suivante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s