Il y a 21 ans : Pourquoi on a perdu en 1995

« Mars 1995 : 78 % des électeurs du Québec souhaitaient demeurer citoyens Canadiens même dans un Québec souverain. »
– Guy Bertrand

mars-1995-78-voulaient-rester-canadien-dans-un-quebec-independant

Maître Guy Bertrand explique ces jours-ci que, bien avant le référendum sur la souveraineté du Québec du 30 octobre 1995, le camp souverainiste savait clairement qu’une très grande majorité de gens parmi notre peuple tenait à garder sa citoyenneté Canadienne : Un sondage CROP-L’Actualité publié en mars 1995 montrait que 78 % des électeurs souhaitaient demeurer citoyens Canadiens même dans un Québec souverain.

Les dirigeants souverainistes tenaient là la clé d’une victoire écrasante : Il fallait dire clairement que nous sommes les seuls vrais Canadiens et expliquer qu’un Québec souverain, loin d’être une séparation du Canada, seraient en fait la libération du Dominion anglais et qu’il incarnerait à jamais la nation que nos ancêtres avaient fondée et qu’on nous a volé.  Il fallait foncer.  Il fallait dire que la Feuille d’érable (verte), le Ô Canada, le Castor et l’Orignal demeureraient nos symboles nationaux, qu’on se battrait dans toutes les cours internationales pour reprendre ce qui nous appartient  Il fallait dire qu’on appellerait notre pays souverain le Nouveau-Canada, le Canada-Laurentien, la République démocratique du Canada, le Canada-Libre ou que sais-je ? : Canada tout court et forcer les anglos à cesser de voler notre nom.

Il fallait aller au combat avec l’arme la plus puissante dont on disposait : Notre identité.

Mais si, au contraire, les souverainistes continuaient de nous limiter à la simple québécoiserie et à présenter le Canada comme l’ennemi auquel il fallait tourner le dos, alors ils savaient qu’ils allaient contre une volonté profonde des gens.

Ils ont choisi de s’entêter.  Ils ont laissé les anglos et les serviteurs colonisés utiliser notre nom et notre identité contre nous.  Et nous avons perdu.

Et nous continuons de perdre encore aujourd’hui.

Source : https://www.facebook.com/plugins/video.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fguy.bertrand.7771%2Fvideos%2F1790630191148966%2F&show_text=0&width=560

Nous sommes le seul vrai Canada

Racines Québéoicses b

Au lieu de faire accroire faussement que le Québec existait il y a quatre siècles, on ferait mieux de dire la vérité telle qu’elle est : le Québec est le Canada depuis 407 ans et le reste, le dominion anglo-impérialiste, vole notre nom afin de cacher ce qu’il est et mieux nous faire disparaître.

Cela a plusieurs avantages :

– ce n’est pas une fabrication de l’esprit qui attire la suspicion et le ridicule sur notre mouvement souverainiste

– on cesserait de passer pour autre chose que les habitants naturels de ce pays.

– on ne pourrait plus nous blâmer de vouloir « détruire le Canada » puisqu’il serait alors clair que nous voulons le sauver.

– les anglos ne pourraient plus faire accroire qu’ils sont de pauvres victimes des « séparatistes ». Il serait au contraire parfaitement clair qu’ils sont les envahisseurs occupants.

Et plus encore.

Cela peut sembler inutile pour un souverainiste convaincu mais c’est très important pour ceux qui sont ambivalents sur cette question ainsi que pour tout observateur extérieur, que ce soit dans le reste du pays où à l’étranger.

Ne sous estimez pas la valeur des symboles. Les anglos et nos élites traîtresses ne font pas cette erreur et ils en profitent largement.

130 référendums sur l’indépendance, trois échecs, deux fois le Québec

130 référendums sur l’indépendance d’une nation ont déjà été tenus dans le monde, seuls trois ont échoué dont deux au Québec.

130 nations ont fait un référendum sur l'indépendance

Parler de notre souveraineté c’est bien. Mais le faire sans dire que nous sommes les seuls vrais Canadiens depuis plus de quatre siècles c’est mauvais, car c’est se couper du fondement même de cette démarche et c’est collaborer avec l’envahisseur occupant qui vole notre nom pour mieux cacher qui il est vraiment.

Pourquoi le mouvement souverainiste ne dit-il jamais la vérité sur qui nous sommes ? On prétend vouloir briser la soumission de notre peuple au pouvoir du Dominion anglo-impérialiste alors qu’on n’est même pas capable de sortir de son cadre idéologique.

Le message est incorrect.  Ne soyez donc pas surpris que les gens y croient aussi peu. C’est normal.

Opération liberté – Des droits sont violés sous prétexte de sécurité nationale

En 1978, la Ligue des droits et libertés a donné un grand coup avec son Opération liberté. Elle a ainsi alarmé la population sur les actes illégaux commis par la Gendarmerie royale canadienne (GRC), la Sûreté du Québec (SQ) et le Service de police de la Communauté urbaine de Montréal (SPCUM) au nom de la « sécurité nationale ».

 

https://canadalibre.ca/divers/flq-grc/operation-liberte-des-droits-sont-violes-sous-pretexte-de-securite-nationale/

La propagande du fédéral ; Trudeau et Goebbels

Pierre Elliott Trudeau a énoncé sa recette dans Le fédéralisme et la société canadienne-française en 1967 :

« Un des moyens de contrebalancer l’attrait du séparatisme, c’est d’employer un temps, une énergie et des sommes énormes au service du nationalisme fédéral. Il s’agit de créer de la réalité nationale une image si attrayante qu’elle rende celle du groupe séparatiste peu intéressante par comparaison. Il faut affecter une part des ressources à des choses comme le drapeau, l’hymne national, l’éducation, les conseils des arts, les sociétés de diffusion radiophonique et de télévision, les offices du film. »

On peut mettre en parallèle ce que Trudeau prêchait et les déclarations triomphales de Joseph Goebbels, ministre de la Propagande d’Adolf Hitler, au lendemain des élections de 1933, qui avaient porté les nazis au pouvoir en Allemagne. :

« Maintenant, ce sera facile de mener le combat, car nous pourrons recourir à toutes les ressources de l’État. La radio, la presse sont à notre disposition. Nous allons organiser un chef-d’œuvre de propagande. Et, cette fois, l’argent ne manquera pas ».

Source : Vigile – Au commencement était Trudeau