Diamond Jenness et l’anthropologie utile au Canada, 1930-1950

Source : Diamond Jenness et l’anthropologie utile au Canada, 1930-1950

Diamond Jenness (1886-1969) est un anthropologue néo-zélandais ayant mené des recherches sur les Indiens et les Inuits du Canada.

Grace et Diamond Jenness, May et Andrew Ballantyne, 1911

En tant qu’anthropologue du Musée national du Canada entre 1913 et 1947, Jenness a développé une connaissance approfondie et directe des Indiens et des Inuits et il a été témoin des effets de l’administration fédérale sur eux.

Grace et Diamond Jenness, May et Andrew Ballantyne, 1911En 1936, il est devenu conseiller spécial auprès de la Direction des affaires indiennes … Dans une série de mémorandums officiels rédigés durant les années 1930 et, durant les années 1940, au cours d’un témoignage devant un comité du Sénat enquêtant sur la Loi sur les Indiens, Jenness a insisté sur le besoin urgent de mesures visant à assurer aux Autochtones l’égalité des chances dans l’éducation et la vie économique.

L’affirmation selon laquelle les réserves indiennes perpétuait un « système de ségrégation permanente » était centrale dans la critique de Jenness. Selon lui, « les réserves ont privé les Indiens de leur dignité, de leur santé et de leur bien-être, faisant d’eux une population rejetée à perpétuité et victime des préjudices euro-canadien ». … Jenness comparait l’administration des Indiens à l’apartheid Sud-Africain, leur du statut pupille de l’état aux régimes ségrégationnistes et les réserves indiennes aux bantoustans.

Sekani Indians, McLeod Lake, British Columbia, 1924

Jenness comparait la situation des peuples autochtones du Canada à celle des victimes du nazisme : déplacés de force, dépossédées de tout, internés dans des camps de concentration, coupés des courants mondiaux ainsi que de la vie et de la société autour d’eux et développant des dépendances psychologiques débilitantes envers leurs tortionnaires. Le système de réserves indiennes du Canada, soutenait-il , a eu un effet similaire sur les Indiens.

Pratiquement rien ne fut retenu des propositions de Jenness sur la réforme des politiques envers les Autochtones.

IRISH: The forgotten white slaves (article)

IRISH: THE FORGOTTEN WHITE SLAVES

Monday, March 16, 2015

They came as slaves: human cargo transported on British ships bound for the Americas. They were shipped by the hundreds of thousands and included men, women, and even the youngest of children.

Whenever they rebelled or even disobeyed an order, they were punished in the harshest ways. Slave owners would hang their human property by their hands and set their hands or feet on fire as one form of punishment. Some were burned alive and had their heads placed on pikes in the marketplace as a warning to other captives.

We don’t really need to go through all of the gory details, do we? We know all too well the atrocities of the African slave trade.

But are we talking about African slavery? King James VI and Charles I also led a continued effort to enslave the Irish. Britain’s Oliver Cromwell furthered this practice of dehumanizing one’s next door neighbor.

The Irish slave trade began when James VI sold 30,000 Irish prisoners as slaves to the New World. His Proclamation of 1625 required Irish political prisoners be sent overseas and sold to English settlers in the West Indies.

Continued on Canada Libre page …

À Justin Trudeau : C’est pas le pape qui a massacré les autochtones.

Justin Trudeau veut des excuses du PapeCe n’est pas le pape qui a déporté les Acadiens en en faisant mourir les deux tiers de faim et de froid.

Ce n’est pas le pape qui a massacré, affamé et infecté les Autochtones et les Métis.

Ce n’est pas le pape qui garde les autochtones dans des camps de concentration depuis plus de deux siècles et qui leur a arraché plusieurs générations de leurs enfants pour les enfermer dans des institutions d’assimilation forcée.

Ce n’est pas le pape qui a pratiqué l’apartheid anti-Canadien pendant plus d’un siècle dans tous les territoires et les provinces hors Québec afin d’éradiquer les populations francophones qui y étaient souvent majoritaires.

Ce n’est pas le pape qui a réduit nos ancêtres au statut de nègres-blancs en pratiquant une ségrégation si radicale que tous les indicateurs socio-économiques des Canadiens (français) – taux de mortalité infantile, niveau d’éducation, revenu moyen, espérance de vie, accès aux postes de pouvoirs, etc. – étaient les pires au Canada après ceux des autochtones et pires en comparaison de ceux des anglos que ceux des noirs étasuniens comparés aux blancs.

Ce n’est pas le pape qui a forcé  les deux tiers de notre peuple à l’exil permanent.

Voilà.

Si Justin Trudeau voulait vraiment des excuses, il les donnerait lui-même puisqu’il est à la tête du Dominion impérialiste et ethnocentrique qui pratique le nettoyage ethnique depuis trois siècles contre tous ceux qui étaient ici avant les anglos.

Justin Trudeau est exactement à l’image de ses maîtres.

The Demonization of Quebec

A nation that’s built on three centuries of ethnic cleansing cannot claim to have any kind of moral superiority.

The Demonization of Quebec

Why Quebec needs independence

SUNDAY, JULY 19, 2015

Quebec nationalism = racism

Racism and Its Metamorphoses

Like mushrooms in the undergrowth, ideologies which seem to have been buried once and for all are always ready to reappear with the slightest rain. The main difference between ideologies and mushrooms is that the former always reappear in new forms. In order to impose itself again, an old and discredited idea must first undergo a metamorphosis, for it must be readily perceived as a new idea.
.
The “classical” racist discourse had a certain structure which went beyond making accusations. It claimed to be an ideology based on a scientific theory. Racist theories were based on the idea of races and the psychological, cultural, social, and political superiority of some races over others. This ideology constituted a political weapon of persuasion, justifying the domination, or the privileges of the “superior races”.
.
However, this type of “classical” racism has largely been de-legitimized during the twentieth century. Today, real or imagined differences in cultures, languages, customs, and life-styles have taken over the role of race. Albert Memmi’s famous definition, adopted. …  [please continue on Why Quebec needs independence page]

On ne peut pas fonder une nation sur une identité vide de sens

«« J’ai lu récemment un témoignage, et j’en ai lu et entendu bien d’autres similaires depuis les années.  Similaire à ce que je constate moi-même tous les jours dans les couloirs de mon école.  Quand je dis à mes élèves qu’ils sont des «Québécois», ceux qui ne sont pas «pures laines» protestent avec vigueur.  Non, non!  Ils sont autres: Mexicaine, Chinois, Algérienne, Indien… Puis ils sont Canadiens.
Mais «Québécois», ce n’est que pour les franco-catholiques «de souche».  (Et ces derniers n’en sont même pas vraiment fiers.  On les soupçonnerait de rêver secrètement d’être autre pour avoir une identité plus forte.) »»

Source : 2014: Début de la contre-Révolution tranquille https://sociologueerrant.wordpress.com/2014/04/09/2014-debut-de-la-contre-revolution-tranquille/comment-page-1/#comment-19

Évidemment.

On ne peut pas fonder une nation sur une identité vide de sens qui se renie elle-même. Le Québec est le canada, le Canada est le Québec et nous sommes les seuls vrais Canadiens depuis plus de quatre siècles. C’est le fondement même de notre existence.

Pourquoi Canada Libre ?

Pourquoi Canada Libre ?

– Parce que les mots définissent les idées.  Si le sens de ce que nous sommes et de ce que nous faisons ne se formule pas en quelques mots clairs et essentiels alors on se perd dans les détails et la confusion.

– Parce que notre marche vers la souveraineté n’est pas celle d’une séparation ni de la création d’un pays et d’un peuple nouveaux mais bien la libération de l’occupation étrangère que nous subissons depuis 260 ans.  Nous appeler Québécois ne reflète pas cette réalité.  On ne parlait de peuple Québécois avant les années 1960 et nous étions pourtant là tout entier.  Parler du Canada et nous appeler Canadiens correspond parfaitement au fait que nous sommes ici depuis plus de 400 ans et que nous y sommes tout-à-fait chez-nous.

– Parce que, bien qu’à première vue notre marche vers la souveraineté signifie séparer le Québec du Canada, historiquement c’est libérer le Canada du « Dominion of British North America ». Contrairement à sécession ou séparation, libération rend le sens parfaitement légitime et justifié de notre démarche.

– Parce que c’est contrer l’usurpation de notre identité par l’occupant qui a pris notre nom pour mieux nous faire disparaître, car ce qui n’a pas de nom n’existe pas.  Nous nous sommes trouvé un autre nom, mais nous sommes alors amputés de nos racines profondes ainsi que de plus de 400 ans d’héritage. Et notre légitimité n’est alors plus l’évidence.  De plus, l’occupant n’a pas seulement prit notre nom mais nos symboles identitaires que sont le Ô Canada, le Castor, l’Orignal et la Feuille d’Érable.  Ce sont des gestes réfléchis et délibérés de sa part pour nous enlever les moyens d’exister idéologiquement et de nous affirmer en tant que peuple et nation distincts.

– Parce que non seulement l’occupant se fait maintenant passer pour l’habitant naturel  du Canada aux yeux du monde entier, mais, à cause de nous, il arrive aussi à faire passer notre peuple pour étrangers dans notre propre patrie et à faire passer notre marche vers la souveraineté comme une « menace de détruire le Canada ».  Nous, les vrais Canadiens, sommes perçus en tant qu’usurpateurs alors que c’est nous qui subissons l’usurpation.

– Parce que le Canada Libre met en évidence le vol de notre nom et de notre identité ainsi que l’occupation de notre territoire par des étrangers et l’éradication de notre peuple, il détruit la fondation idéologique et morale de l’occupant tout en mettant en évidence la fondation juste de notre projet d’indépendance nationale.

– Parce que le Canada Libre enlève à nos ennemies  le pouvoir de nous définir et nous offre bien mieux que devoir défendre notre peuple sans son identité ni son sens, .. sans armes, quoi.

Tout cela se résume dans ces deux mots.

Voilà pourquoi.

Toronto est devenu plus grande que Montréal à cause du séparatisme

Combien de fois ai-je entendu que, sans le séparatisme, Montréal serait toujours la première puissance économique du Canada?

https://canadalibre.ca/references/toronto-est-devenu-plus-grande-que-montreal/